Informations

PayPal

La tendinite chez le cheval, comment l’éviter et la soigner ?

De nombreux chevaux de sport et de course rencontrent des lésions tendineuses au cours de leur carrière. Et, bien souvent ceux qui ont une tendinite une fois ont tendance à récidiver. Il est important d’essayer au maximum de les prévenir, et, si malgré toutes les précautions le cheval souffre d’une tendinite, il faut alors bien la soigner et ne pas hésiter à poursuivre les soins avec des produits naturels pour éviter les récidives.

Qu’est-ce qu’une tendinite ? 
Une tendinite est une inflammation du tendon qui résulte d’une déchirure fibrillaire et d’une rupture des vaisseaux capillaires. Chez les chevaux, ce sont le plus souvent le tendon suspenseurs du boulet, le tendon perforant et le tendon perforé ou encore la bride carpienne qui sont atteint. Les causes peuvent être multiples, la plus fréquente étant la fatigue, aussi il est important de bien doser l’entrainement du cheval et de ne pas négliger son échauffement. C’est le premier geste préventif pour éviter les tendinites. Par ailleurs les chevaux présentant des défauts d’aplomb, notamment lorsqu’ils sont cagneux ou panards, présentent plus de risque car la répartition des charges s’effectue moins bien. Enfin, la qualité du sol rentre aussi en compte. En effet, un sol trop dur mettra à mal les tendons perforants et la bride carpienne tandis que les sols trop profonds nuiront aux tendons suspenseurs et perforés.

Comment détecter une tendinite ? 
Une tendinite est une lésion dégénérative. Et une atteinte du tendon peut avoir commencé sans pour autant que le cheval ne se mette à boiter. Le premier signe est une chaleur du membre et une douleur à la palpation d’où l’importance de bien palper les membres du cheval avant toute sortie. Ensuite des œdèmes et des gonflements peuvent apparaître sur le membre atteint, accompagnés ou non d’une boiterie. Il est important de mettre le cheval au repos et de contacter son vétérinaire qui pourra confirmer le diagnostic avec un examen clinique et une échographie.

Comment éviter une tendinite chez le cheval ? 
La première des choses à faire c’est d’être entouré d’un bon maréchal ferrant qui veillera aux aplombs du cheval. Attention à ne pas laisser trop d’intervalle entre deux ferrages ou parages car des pieds longs auront un impact sur le suspenseur notamment. 
Ensuite, un échauffement adapté avant un effort est bien entendu nécessaire pour limiter les risques de tendinite. Il est également important de veiller autant que possible au terrain sur lequel le cheval évolue, ni trop dur, ni trop mou, notamment lors de compétitions. 
Enfin, des compléments alimentaires à base de plantes notamment de prêle sont vivement conseillés tant en prévention que pour éviter la récidive. En effet la prêle participe à la souplesse tendineuse car elle stimule la synthèse du collagène, tout comme le bambou Tabashir. De même, les produits constitués d’harpagophytum, de reine des prés ou encore d’écorces de saule sont vivement recommandés pour leurs actions anti-inflammatoire.

Soigner une tendinite chez le cheval 
Il est important que le cheval observe une phase de repos strict pour que les tendons puissent cicatriser. Des anti-inflammatoires peuvent être administrés et des soins locaux effectués comme de longues douches, l’application d’argile ou encore d’anti-inflammatoire en gel. En accord avec votre vétérinaire, si la lésion n’est pas trop importante et que la tendinite a été détectée à temps, des produits naturels contenant des plantes comme celles citées ci-dessus peuvent aider à traiter le tendon atteint. 
Une fois la tendinite soignée, les risques de récidives restent importants car les fibres perdent en élasticité. Il est alors recommandé d’appliquer un onguent gel naturel qui favorise la cicatrisation et agira préventivement associé à un complément alimentaire à base de plantes, les risques de récidives sont bien moins importants.

LA SOLUTION EQUIPERFORMANCE