Informations

PayPal

Le cheval « sportif »… un colosse aux pieds d’argile !

Le Cheval, meilleur ami de l’homme. Probablement. Ami fragile cependant. Un colosse à sa manière… mais aux pieds d’argile ! A fortiori si on en fait, ou veut en faire, un « athlète » de haut niveau. En vitesse ou en concours hippiques. Avec à la clé bien souvent de terribles pathologies articulaires.

Des causes multiples…

Tous les effets ont donc des causes. Plutôt nombreuses pour ce qui touche à ces pathologies articulaires à commencer par un excès de fatigue, un défaut de résistance à l’effort et une certaine fragilité des tissus osseux et ligamentaires. D’où bien souvent des chutes et des glissades, de surcroît en cas d’entraînement intensif ou mal conduit et principalement sur terrain défavorable, en particulier trop dur. Mais les statistiques dénoncent, aussi fortement, des ferrures défaillantes ou non refaites ainsi qu’une alimentation inadaptée dont une carence en sels minéraux, préjudiciable à un fonctionnement normal des articulations. Peuvent s’y ajouter un apport insuffisant en glucides pour la musculature ou des troubles digestifs fréquents. …

et des conséquences inévitables !

Outre les boiteries fréquentes, les conséquences majeures bien connues des professionnels du cheval ont pour noms un peu barbares, « molettes » et « vessigons », infection identique mais à des endroits différents. On les appelle aussi « tares molles ». Ce sont des grosseurs plus ou moins importantes dues à la production excessive de liquide synovial au niveau des articulations osseuses ou des tendons, ce qui provoque l’extension d’une poche synoviale. La synovie, comme chacun le sait, est en effet un lubrifiant naturel permettant de réduire les frottements des os, des ligaments ou des tendons entre eux. Une précision d’importance, ce n’est pas une tare molle si la grosseur durcit, devient chaude, saigne ou augmente brusquement de volume. Le conseil d’un vétérinaire s’imposera ! Autres pathologies, les fractures articulaires (les luxations y sont rares), des arthrites très douloureuses, des entorses ou encore certaines lésions chroniques qui signent là également un surmenage des articulations.

Mais des traitements tout de même !

Comme nous le disions en préambule, le cheval est un ami ! Traitons-le alors comme tel. Lui seront donc destinés les meilleurs soins, entre autres des compléments minéraux vitaminés, une alimentation revue et corrigée, une régulation suivie du poids. Outre une mise au repos indispensable, il appréciera douches, massages, frictions astringentes, révulsives, calmantes (eau blanche, argile ou poudre armoricaine), pansements humides, bandages serrés… En cas d’urgence, et selon les cas (tares molles, fractures…), on aura recours à l’application traditionnelle d'anti-inflammatoires et à certaines infiltrations ou injections très efficaces (guérison en 1 à 3 mois), aux ferrures orthopédiques ainsi qu’aux plâtres entre autres. Certaines affections gagnent même à être traitées par des pointes de feu.

Le « must », une prévention attentive !

Mieux vaut prévenir que guérir ! Une sagesse millénaire trop souvent boudée pourtant. Qu’à cela ne tienne, voilà ici quelques conseils tout de même pour éviter peut-être le pire. Et en priorité, redisons-le, une alimentation équilibrée, dans des boxes secs et propres (non glissants) avec une litière épaisse pour éviter que les chevaux ne tapent et fatiguent leurs articulations. Par ailleurs, une bonne ferrure pour de bons aplombs est le minimum. Et dans le même temps, on veillera à ordonner un entraînement progressif, régulier, dosé, adapté à l’âge du cheval pour un heureux développement du squelette, des masses musculaires, de l’appareil cardio-respiratoire et de la résistance à l’effort. En dernier lieu, un entretien bienveillant s’impose : doucher membres et pieds après le travail, curer et graisser les pieds au retour au boxe, bandes de repos aux quatre membres… Une prévention attentive, et de la patience, c’est nul doute l’idéal pour devenir vraiment le meilleur ami… du cheval. Dont il faut savoir écouter le corps. Et sans doute aussi, l’humeur du moment…

prendre soin de son cheval avec la gamme equiperformance elite

www.equiperformance.fr